Distinguished Service Award

En 1994, l'Hôpital général juif créait le Prix de service exceptionnel afin de rendre hommage aux personnes remarquables, qui ont exercé un profonde influence sur le développement de l'Hôpital.

Henri Elbaz (2009)

Depuis toujours, Henri Elbaz manifeste une passion pour tout ce qui concerne la santé et le bien-être des personnes requérant des soins médicaux, une passion qui ne l’a pas quitté bien qu’il se soit retiré de son poste de directeur général de l’Hôpital général juif, au début de 2008. Actuellement, M. Elbaz donne bénévolement de son temps à l’HGJ en prodiguant ses précieux conseils, et ses contributions lui ont valu la plus haute distinction attribuée par l’Hôpital, le Prix de service exceptionnel.

Il importe de mettre l’accent sur l’aide cruciale qu’a fournie M. Elbaz en guidant le projet du pavillon K sur la voie du succès. En outre, en communiquant ses idées au Dr Hartley Stern, directeur général de l’Hôpital, et à la Fondation, il a permis à l’HGJ de continuer à bien desservir les patients montréalais et de tout le Québec.

En 1976, M. Elbaz entame sa carrière à l’HGJ; il gravit les échelons pour devenir directeur général en 1992. Jusqu’à sa retraite, il exercera ses fonctions durant une période de formidable croissance et de grande diversification des services aux patients, incluant la construction du Centre du cancer Segal et l’acquisition de la propriété avoisinante, qui a permis l’aménagement du pavillon H, ainsi que la proposition de construction du pavillon K. À sa retraite, M. Elbaz a reçu les éloges du premier ministre Jean Charest, qui a reconnu ses qualités de « visionnaire, d’homme d’action, d’administrateur estimé de tous, de joueur d’équipe et d’homme animé de valeurs et de convictions ».

En reconnaissance de l’extraordinaire contribution de M. Elbaz, une plaque en son honneur a été installée dans le vaste hall d’entrée entièrement rénové et nouvellement rouvert. L’inscription résume le rôle capital qu’a joué M. Elbaz dans le développement contemporain de l’Hôpital :

L'Hôpital général juif est fier de rendre hommage à Henri Elbaz, ici en son

hall central, pour son leadership exemplaire, sa clairvoyance et son

expertise professionnelle à titre de directeur général de l'Hôpital général

juif de 1992 à 2008.

Grâce à sa vivacité et à son dévouement passionné, il a joué un rôle clé

dans le développement et la croissance de la très dynamique institution

qu'est l'HGJ. Celle-ci sert la population montréalaise et québécoise de

toute origine, en lui prodiguant des soins de santé.


James Alexander (2008)

Même s'il est reconnaissant d'avoir reçu le Prix de service exceptionnel, l'ancien président James Alexander estime que c'est l'HGJ qui mérite le plus une telle distinction. " Le poste de président m'a permis de porter un regard privilégié sur l'Hôpital, et je me suis rendu compte que l'expression "service exceptionnel" décrivait à la perfection le travail quotidien qu'on y effectuait, rapporte M. Alexander. Je suis ravi de recevoir ce prix, mais pour moi, le réel honneur est d'avoir eu la chance d'exercer mes fonctions avec des personnes aussi remarquables et illustres.

Le mandat présidentiel de M. Alexander, de 2005 à 2007, se résume en deux mots : dynamisme et croissance, dans l’unique but d’améliorer la qualité des services de l’Hôpital général juif. Durant cette période, l’HGJ a procédé à l’inauguration du Centre du cancer Segal, un centre exemplaire en matière de prévention, de recherches et de traitements, offerts à tous les citoyens de Montréal et du Québec. En outre, l’énorme succès du Week-end pour vaincre le cancer du sein, un événement inauguré durant le mandat de M. Alexander, a permis d’amasser des fonds d’une importance cruciale pour aider les programmes du Centre.

L’HGJ a connu d’autres temps forts durant cette époque, notamment l’acquisition d’un scanner TEP/CT, l’aménagement du pavillon H et l’inauguration du Centre de prévention cardiovasculaire. L’Hôpital a également fait l’objet de commentaires très élogieux durant l’agrément de 2006. Les visiteurs ont souligné que l’équipe des soins oncologiques et le Programme du Testament de vie, tout particulièrement, devraient servir d’exemples à d’autres établissements de soins de santé.

En devenant président, M. Alexander a perpétué la tradition familiale établie par son grand-père, Sam Steinberg, qui a occupé ce poste de 1966 à 1969. Vers la fin des années 1990, M. Alexander a joué un rôle actif au sein de la plupart des principaux comités de l’Hôpital. Il devient membre du conseil d’administration de la Fondation de l’HGJ, où il est nommé président, de 1999 à 2001, et président du conseil d’administration, de 2001 à 2003. Durant ces années, il supervise la spectaculaire et vaste réorganisation de la Fondation.

Dans le secteur privé, outre ses 10 ans chez Steinberg Inc., M. Alexander gère une société d’importation avant de devenir partenaire au sein d’une firme d’investissement. Depuis la fin de sa présidence en 2007, il a maintenu son engagement dans cette firme tout en faisant l’acquisition de Base Concept, qui fabrique et commercialise des boissons énergisantes haut de gamme. M. Alexander continue également d’apporter son expertise à la Fondation et à l’Hôpital en tant que membre du comité consultatif du président.

En évoquant le passé, M. Alexander avoue qu’il aurait bien aimé tisser des liens plus solides avec l’Université McGill. Mais il est tout de même satisfait de ce qui a été accompli durant ces deux années mouvementées. « Le rythme était parfois difficile à suivre, dit-il, mais aujourd’hui, j’avoue que cela me manque. Notre ancien directeur général, Henri Elbaz, qui était une source riche en conseils et en idées, m’a aidé à affronter la pression. »

M. Alexander ajoute qu’il prend toujours plaisir à voir sa photo sur le mur de la salle du conseil d’administration « pas loin de celle de mon grand-père. Cependant, ma réelle satisfaction est d’avoir contribué à façonner l’avenir d’un établissement aussi important. Être président de l’Hôpital général juif n’est pas quelque chose que l’on fait pour soi; on le fait pour la collectivité.


Stanley K. Plotnick (2007)

Au printemps 2005, en quittant son poste de président de l’Hôpital général juif après un mandat de deux ans très mouvementé, Stanley Plotnick aurait pu faire un choix ordinaire et poursuivre ses activités personnelles et professionnelles à un rythme plus paisible. Mais M. Plotnick est tout sauf un être ordinaire.

Tout en maintenant des liens étroits avec l’HGJ, M. Plotnick est devenu plus actif que jamais sur la scène internationale. Il est membre du conseil d’administration et coprésident du comité des communications de l’Agence juive pour Israël (un organisme mondial d’organisations juives, voué principalement au secours des Juifs, à leur rapatriement en Israël et à leur installation dans le pays). Il est également l’un des dirigeants de Keren Hayesod, qui représente toutes les communautés juives dans le monde, excepté celles des États-Unis.

Mais ce n’est pas tout : M. Plotnick est aussi membre du conseil d’administration du Joint Distribution Committee, qui fournit des services sociaux en Israël et de l’aide aux communautés juives en détresse ou économiquement faibles.

De 2005 à 2007, M. Plotnick a été président de l’UIA Federations Canada, un organisme national des fédérations juives canadiennes (environ 360 000 personnes dans 36 villes) en partenariat avec Israël et les Juifs du monde entier.

 

Des propos tout à fait compatibles avec le travail bénévole que M. Plotnick effectue depuis des dizaines d’années, incluant ses anciennes fonctions à la présidence de la Montreal Jewish Federation, du Jewish Educational Council of Montreal et de l’Académie Solomon Schecter. En 2005, il prend une semi-retraite du milieu des affaires en vendant son entreprise montréalaise, AVS Technologies Inc.

 

L’énergie inépuisable de M. Plotnick a certes contribué à un grand nombre de succès à l’HGJ durant son mandat, notamment la création du Centre du cancer Segal, le lancement du premier Week-end pour vaincre le cancer du sein, la finalisation de l’achat de la propriété, aujourd’hui le site du pavillon H, l’acquisition du scanner TEP/CT, les meilleures notes d’agrément en 2003 et le recrutement de nombreux et exceptionnels chercheurs et cliniciens.

 

Mais en décrivant les étapes importantes de son mandat, M. Plotnick refuse de s’en attribuer le mérite et il préfère plutôt faire l’éloge des autres. Selon lui, un président efficace doit être un maillon fort de la chaîne, c’est-à-dire assurer le progrès continu des projets entrepris avant sa nomination et initier d’autres projets importants qui seront complétés bien longtemps après la fin de son mandat.


Mildred Lande, C.M. (2006)

Mildred Lande, C.M., a été témoin de chaque étape franchie par l’établissement, de la croissance et de l’épanouissement de l’Hôpital général juif. En 1934, Milly n’a que 21 ans lorsqu’elle entreprend de collaborer avec l’HGJ tout en poursuivant ses études de baccalauréat à l’Université McGill. Elle offre bénévolement ses services à l’Hôpital et met à profit son intérêt pour la médecine et les soins infirmiers. En 1936, quelques semaines après l’obtention de son diplôme, Mme Lande se marie et choisit de demeurer à la maison. Mais, au cours des années suivantes et aussi souvent que possible, elle consacrera du temps aux Auxiliaires pour les aider, notamment comme Présidente de 1961 à 1964. Récemment, quand l’HGJ a besoin des conseils et du soutien d’une personne expérimentée en collecte de fonds, Milly Lande répond encore « présente ».

Mme Lande a été aussie une alliée de la Congrégation Shaar Hashomayim où, en tant que présidente de 1984 à 1987, elle est devenue la première femme à être élue présidente d’une congrégation juive orthodoxe à Montréal. En outre, elle a occupé les postes de présidente de l’Appel juif unifié et du fonds d’urgence pour Israël. En reconnaissance de son travail, Mme Lande a été décorée.


Stephen Kaplan (2005)

L’expansion du pavillon Cummings (pav. E) est remarquable entre 2004 et 2005, alors que huit nouveaux étages, pour accommoder des activités cliniques et de recherche – dont le Centre du cancer Segal – sont ajoutés à la structure existante. Assurer l’échéancier accéléré de ce programme ambitieux fut la responsabilité de Stephen Kaplan, président du comité de l’expansion immobilier de l’HGJ. M. Kaplan, président de Reliance Construction, a été nommé au conseil exécutif en 2003, alors qu’il offre bénévolement son expertise pour divers projets, et notamment le développement de la propriété acquise auprès des Soeurs de Sainte-Croix. Il sera également responsable du projet de rénovation de l’entrée principale et de son hall ainsi que du projet de la Division de radio oncologie.

M. Kaplan a fait des études de commerce à l’Université McGill et en 1971, âgé de 22 ans, il se joint à l’entreprise de son père, Reliance Construction. Au fil des années, il transforme cette modeste entreprise en l’une des plus importantes société d'entrepreneurs généraux du Québec, du milieu commercial et institutionnel, dont le siège social est à Montréal et avec des bureaux à Ottawa et au New Jersey.


Jonathan Wener (2004)

Président de l’HGJ entre 2000 et 2003. Jonathan Wener a eu un rôle essentiel dans l’élaboration de solides fondations pour l’expansion et la vitalité de l’hôpital, à la veille du 21e siècle. On ne peut passer sous silence l’importante contribution de M. Wener dans le dossier de l’achat de la propriété voisine du Couvent des Soeurs de Sainte Croix, qui a été finalisé en 2005. Il s’est également fortement engagé dans la création d’un centre intégré du cancer. Un objectif atteint en 2006, avec l’ouverture du Centre du cancer Segal. Avant d’occuper la présidence de l’HGJ, M. Wener a été trésorier de la Fondation de l’HGJ et a présidé un processus de planification stratégique, dont le mandat était d’établir la vision et la direction de l’hôpital.

M. Wener, récipiendaire de l’Ordre du Canada, oeuvre dans le milieu immobilier et détient une solide expérience dans tous les domaines de ce secteur. Il est président et chef de la direction du Groupe des sociétés Candarel, ainsi que président fondateur de l’Institut de développement urbain du Québec. M. Wener a siégé sur de nombreux comités communautaires, du monde des affaires et philanthropiques dont, l’Université Concordia, la Fondation du Musée des beaux-arts de Montréal et la Fondation du maire de Montréal.


Sénateur E. Leo Kolber (2003)

Sénateur E. Leo Kolber a présidé le conseil d’administration de l’HGJ entre 1997 et 1999. Il aussi été président de la Corporation de l’HGJ de 1983 à 1985 et vice-président du conseil d’administration de 1995 à 1997.

Durant sa présidence, Sénateur E. Leo Kolber, fait face à de nombreux défis attribuables aux chamboulements qui affectent le système de santé. Devant des fermetures d’hôpitaux et des réductions d’effectifs, il est ferme dans sa défense de l’HGJ et considère l’accès à des services de santé de qualité une question non négociable. Il contribue aussi grandement à raffermir les liens avec l’Université McGill et s’est assuré de répondre aux demandes soulevées par le personnel médical.

Nommé au Sénat du Canada en 1983, Sénateur Kolber est président du comité sénatorial des banques et du commerce de 1999 à 2003. Il a aussi présidé le National Revenue Committee du Parti Libéral du Canada.

Diplômé de la Faculté de droit de l’Université McGill, M. Kolber devient  membre du Barreau du Québec en 1952, et il reçoit un doctorat en droit, Honoris Causa, de l’Université Concordia, en 1996.

M. Kolber a fondé la Corporation Cadillac Fairview, chef de fil mondial du développement immobilier, à qui l’ont doit le Eaton Centre et le Pacific Centre de Vancouver. Jusqu’en 1993, il préside également Claridge Inc., une entreprise de gestion privée, située à Montréal.

Pour près de 30 ans, il préside Les Investissements CEMP, la branche commerciale des fiducies établies par le regretté Sam Bronfman, pour ses enfants et petits enfants. Les Investissements CEMP oeuvraient surtout dans le développement immobilier au Canada, aux États-Unis et en Europe.

M. Kolber a siégé sur les conseils d’administration de nombreuses sociétés dont, MGM et Supersol, à titre de président et directeur de la Corporation des Cineplex Odéon, comme directeur de la Compagnie Seagram Ltée., et comme directeur de la Banque Toronto Dominion.

Actif au sein de nombreux organismes sociaux, culturels et philanthropiques, il a occupé plusieurs postions de leadership, notamment à l’Appel juif unifié, aux Obligations de l’État d’Israël et à l’Hôpital de juif de réadaptation.


M. Stephen A. Vineberg (2002)

Depuis les années 1960, M. Stephen Vineberg s'est énormément impliqué dans divers projets communautaires, dont la Division des jeunes adultes de la Fédération CJA, l'Institut Baron de Hirsch et le Centre de médecine familiale Herzl. Plus récemment, M. Vineberg a travaillé au développement de la Fondation de recherche pour le département d'Oncologie de l'Université McGill et ses hôpitaux affiliés.

L'engagement de M. Vineberg à l'HGJ est considérable : d'abord président du Comité de construction en 1984, puis président de l'Hôpital de 1991 à 1993, M. Vineberg est devenu en 1994 président de la Fondation de l'HGJ.

Stephen Vineberg est l'un des membres dévoués de la grande famille de l'Hôpital général juif. Ses contributions à l'égard de l'excellence des soins, de la recherche et du financement sont des plus précieuses.


M. Brahm Gelfand (2001)

L'engagement de M. Gelfand remonte à 1987, l'année où il devient membre du conseil d'administration. Rapidement, il se fait remarquer, occupant de nombreux postes importants à l'Hôpital, notamment ceux de président du conseil d'administration de l'Hôpital (1993 - 1995) et de président de la Fondation (1995 - 1998). Impliqué dans le bénévolat et les services à la communauté, M. Gelfand a fourni son expertise à d'innombrables organismes et agences.


M. Steven Cummings (2000)

M. Cummings a fait l'objet de nombreux éloges en raison de sa générosité, de sa détermination et de son dévouement exceptionnel, non seulement à l'égard de l'Hôpital, mais aussi de la communauté montréalaise. Le directeur général de l'Hôpital Henri Elbaz a décrit M. Cummings comme étant un homme de passion, d'une intégrité à toute épreuve. " En travaillant avec lui, force est de constater que son énergie est sans limite, soulignait M. Elbaz. Il ne se contente pas de respecter les normes, il les surpasse. La puissance de son engagement ne cesse de stimuler tout le personnel de notre établissement. " Quant au président de l'Hôpital Jonathan Wener, il a souligné que " Steven Cummings est un homme qui détient une vision de l'avenir et manifeste son engagement dans le présent. "


M. Charles Larente (1999)

Leo Goldfarb, ex-président de l'Hôpital, est également un ami et un collègue de M. Larente. Il a parlé des nombreuses qualités de ce dernier tout en soulignant son travail exceptionnel pour la Classique de golf de l'Hôpital. " Tout ceux qui ont eu le plaisir de travailler avec Charles n'ont pu s'empêcher d'être impressionné par son énergie et sa détermination, son pouvoir remarquable de persuasion et son profond engagement à l'égard de l'Hôpital. "

Stephen Vineberg, président du comité du Prix de service exceptionnel, a également fait l'éloge de M. Larente. " M. Vineberg est un homme qui fixe constamment des normes élevées, qui accepte tous les défis, peu importe leur complexité et qui atteint tous ses objectifs, peu importe leur accessibilité. "


M. Morton Brownstein (1998)

Parlant de M. Brownstein, M. Leo Goldfarb a souligné : " J'ai été personnellement témoin de sa compassion et de son engagement. Les services exceptionnels rendus par Morty à l'Hôpital général juif ont été incessants, extraordinaires et, par dessus tout, chaleureux. M. Steven Cummings, ex-président de l'Hôpital a également rendu hommage à M. Brownstein. " Morty a aidé à bâtir cet hôpital, à assurer la qualité des soins et à en garantir l'avenir. Il avait à cœur les intérêts de l'Hôpital et ceux des patients. "


M. Leo Goldfarb (1997)

" En assumant plusieurs rôles de leader à l'Hôpital général juif, Leo a exercé une véritable influence sur la création d'une vision pour l'Hôpital ", a déclaré Leonard Ellen, lauréat du prix de l'année précédente. Il a également décrit le cheminement fructueux de M. Goldfarb, tantôt en tant que président de l'Hôpital, président de la corporation, président de la Fondation, président du comité de vérification et président du comité de contrôle budgétaire.


M. Leonard Ellen (1996)

Le président honoraire Leo Goldfarb, président du comité du Prix de service exceptionnel, a décrit M. Ellen comme étant " un homme de principe, doté d'une vision et d'une grande intégrité, qui consacre son temps et son énergie au mieux-être de la communauté "

Leonard Ellen, président honoraire de l'Hôpital, a déjà exercé les fonctions de président de 1989 à 1991. Il a occupé divers postes importants : président du comité de planification stratégique (1988- 1989), président de la Fondation de l'Hôpital (1982 - 1986) et président de la Conférence Mirabel (1981), qui a contribué à orienter l'avenir de l'Hôpital. Actuellement, M. Ellen est membre du conseil d'administration, président du comité consultatif et président du comité de nominations de l'Hôpital.


Mme Sheila Kussner, O. C. (1995)

L'espoir, c'est la vie est un programme d'entraide offert par des bénévoles aux personnes atteintes de cancer et à leurs proches. En tant que présidente-fondatrice de l'organisme, Mme Kussner a eu une profonde influence sur des milliers de personnes. Déterminée à atténuer les angoisses qu'éprouvent fréquemment les personnes atteintes de cancer, Mme Kussner a créé un système d'entraide efficace, qui lui a valu le respect et l'admiration à l'échelle internationale.


M. Samuel Cohen (1994)

Le prix a été remis à M. Samuel S. Cohen lors de la 60e assemblée annuelle de l'Hôpital. Premier directeur général de l'Hôpital, M. Cohen a occupé ce poste de 1933 à 1967. Il se souvient des défis des premières années quand, en collaboration avec le conseil d'administration et le personnel médical et technique, il a commencé à bâtir un hôpital qui allait se classer parmi les meilleurs au pays.

Page last updated on 

We always seek feedback to make our site better.